Selon un sondage mené par OpinionWay pour CPR AM, 58% des épargnants français n’ont “jamais” ou “juste entendu parler” de l’investissement responsable. Pourtant, c’est un moyen d’investir qui allie engagement et performances. Il consiste à investir dans des entreprises tenant compte de critères extra-financiers, notamment sociaux et environnementaux. Il est possible de souscrire à des fonds éco-responsables dans une assurance-vie, un compte titre ou même un PEA. Néanmoins, en fonction de votre banque, de votre courtier ou de votre conseiller financier, l’offre peut être réduite à quelques fonds.

Les différentes formes de l’investissement responsable

En incitant les investisseurs particuliers et les sociétés de gestion de portefeuilles à prendre en compte des critères environnementaux et sociaux dans la sélection de leurs actifs financiers, l’ISR favorise une économie durable et soucieuse des enjeux écologiques autour de l’investissement vert.

Nous allons considérer 4 formes d’ISR :

  • La sélection ESG consiste à intégrer dans la sélection des entreprises cotées des critères dits ESG (Écologiques, Sociaux et de Gouvernance) ;
  • L’exclusion ou « approche éthique » consiste à exclure certains secteurs jugés immoraux (armement, jeux d’argent, paris sportifs ou encore tabac) ou nocifs pour l’environnement (production d’OGM ou extraction d’énergies fossiles) ;
  • L’approche thématique investit uniquement dans des secteurs d’activité ayant un impact direct sur l’environnement, par exemple le secteur des énergies renouvelables ou celui du traitement de l’eau ;
  • L’engagement actionnarial a pour objectif de pousser les entreprises à adopter une culture de la responsabilité sociale. Les investisseurs font alors jouer leur droit de vote lors des assemblées générales. Cette forme d’engagement est beaucoup plus développée et plus facile à mettre en place aux Etats-Unis qu’en Europe.

Les labels et agences de notations

Pour vérifier et certifier les engagements des investisseurs en matière sociale et environnementale, il existe des labels et des agences de notation spécialisées.

Les labels

En France, il existe deux labels d’investissement socialement responsable :

  • Le Label ISR : crée en 2016, il a pour objectif de rendre plus visibles les produits d’investissement socialement responsables (ISR) pour les épargnants en France et en Europe. Il est soutenu par le ministère des Finances.
  • Le label Greenfin : le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire a annoncé en juin 2019 sa création, en remplacement du label TEEC (Transition énergétique et écologique pour le climat) apparu en 2015 lors de la COP21.

Les agences de notation extra-financières

Les agences de notation extra-financières, quant à elles, notent les entreprises en fonction de l’impact de leurs actions sur l’environnement et de leur politique sociale. Elles permettent d’avoir une analyse systématique des entreprises, une traçabilité des méthodes employées, ainsi qu’un historique de l’évolution de la notation d’une entreprise donnée.

En France, la principale agence de notation est Vigeo et son indice boursier est l’ASPI Eurozone.

Des investissements tout aussi performants

Choisir de placer son argent sur un portefeuille éco-responsable n’est pas simplement garant d’une volonté profonde de participer à son échelle à la protection de notre environnement. Au-delà de l’aspect éthique qui séduit les investisseurs, l’investissement socialement responsable reste intéressant financièrement. 

Une exposition à des secteurs résilients aux crises

Les placements responsables ne sont pas garants d’une meilleure performance que les placements classiques. Ils ont toutefois des spécificités sectorielles intéressantes grâce à une exposition marquée à des secteurs durables et résilients aux crises.

Il faut également avoir en tête que l’avantage même de l’ISR réside dans sa double sélection financière et extra-financière, les critères extra-financiers réduisant certains risques liés à la réputation ou à la réglementation par exemple.

Une croissance exponentielle au niveau mondial 

La prise de conscience générale des problématiques liées au réchauffement climatique couplée à une meilleure gouvernance mondiale entraînent une explosion de ces investissements. Aujourd’hui, le succès est tel que l’on considère que l’investissement responsable représente un marché de plus de 1000 milliards d’euros en France. Les méthodes de l’ISR varient d’un pays à l’autre. En France par exemple, c’est très largement l’approche de sélection ESG qui domine alors qu’en Europe du Nord, les fonds d’exclusion sont bien plus répandus.

Catégories : Finance

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *